Saint Joseph est le plus grand homme de la création car non seulement le Père Éternel lui donna autorité sur Son Fils, mais Il lui alloua aussi Son Cœur. C’est pourquoi Saint Joseph est le Patron de l’Église Universel.
Accueil Saint Joseph a concouru à la réalisation du plan de la Providence en cachant à l’ennemi du genre humain le secret de l’incarnation du Fils de Dieu. Cette vocation ne ressemble à aucune autre; elle fait de saint Joseph un homme à part. Il a veillé sur l’Enfant et la Mère, il Les a soustraits à tous les périls. Dépositaire de la confiance de Dieu, il est l’ange visible de la sainte Famille. Combien doit être puissant devant le trône de grâce le serviteur fidèle auquel Dieu a donné en garde les trésors du ciel et de la terre! La mission angélique que saint Joseph a remplie à l’égard de la sainte Famille se perpétue dans l’Église. Toujours il sera le mandataire de Dieu, l’instrument de la Providence. Il veille sur les enfants de l’Église comme il a veillé sur le berceau de Bethléem; il les préserve des embûches de l’ennemi, pourvoit à leurs besoins spirituels et temporels et ramène les pèlerins de ce monde dans la céleste patrie. Saint Joseph est surtout le modèle et le guide des âmes intérieures. Adressons-nous à lui pour demander l’amour d’une vie cachée, la science de la prière et du culte de Dieu. R.P. Théodore Ratisbonne
Suite... VIE ACTIVE. Comme Jésus, Saint Joseph devait accomplir la pénitence imposée par Dieu aux hommes de gagner leur pain à la sueur de leur front. Aussi, tous les deux travaillaient consciencieusement en esprit d’obéissance à Dieu et en esprit de pénitence. Saint Joseph faisait de son mieux dans tout son travail puisqu’il travaillait pour 1’amour de Dieu. Pourtant son travail était dur et bien peu rémunéré, vu la pauvreté des temps. C’était toujours à recommencer tous les jours et toujours juste pour gagner le strict nécessaire. Que nos chrétiens se rappellent que le travail est un ordre de Dieu et tous sont tenus de s’y soumettre d’une façon ou d’une autre. Qu’on cesse de regimber contre le travail. C’est un manque de foi qui choque Dieu. Il punira les paresseux ou ceux qui font mal leur travail. Que les pauvres ne se plaignent pas de leur condition qui les oblige au travail quotidien; qu’ils l’acceptent en union avec la volonté de Dieu en expiation de leurs péchés et pour acquérir plus de mérite dans le ciel. Jésus dit de lui-même par le prophète: «Je suis dans les labeurs depuis mon enfance!». Notre Maître a donc passé par là le premier; suivons- le avec amour et il saura bien nous récompenser dans son beau ciel. De plus en plus, l’esprit païen s’infiltre chez nos travailleurs catholiques. Un grand nombre travaillent mal, perdent leur temps et volent leurs employeurs. C’est à qui en ferait le moins! C’est une injustice criante qui attirera la malédiction de Dieu sur les ouvriers. C’est un péché que de se faire payer pour un travail qu’on n’a pas fait… et comme ils augmentent ces voleurs dans tous les ordres de la société. Personne n’a le droit de voler le gouvernement ou les grosses compagnies parce que beaucoup le font. Que tous méditent plus les exemples que Jésus, Marie et Joseph nous donnent afin de les imiter plus parfaitement. VIE DE PRIÈRE. Puisque Jésus enseigne qu’il faut toujours prier et ne jamais cesser de le faire, on peut être sûr que Joseph l’a fait parfaitement, puisque l’Évangile dit qu’il était juste. Dieu l’a mis dans des conditions très favorables à la prière. Leur extrême pauvreté les éloignait des richesses qui distraient tant le coeur de l’homme des choses de Dieu. Il ne les désirait pas, ayant Jésus au milieu d’eux. Aussi tout leur coeur était donc tout en les choses de Dieu et ils ne le voulaient en rien autre chose. Leur prière était donc toute pour le salut du monde et la gloire de Dieu. Ils ne perdaient pas leur temps à badiner des choses de la terre qu’ils méprisaient souverainement en proportion qu’ils aimaient Dieu. Comme tous travaillaient leur petit métier bien simple et pas du tout distrayant, ils pouvaient s’occuper de Dieu constamment, même en travaillant. Jésus a dû vite leur enseigner le Notre Père où on demande surtout les intérêts de Dieu. En tout cas, tous les chrétiens, les plus ignorants comme les instruits, sont capables d’imiter la vie de prière de la Sainte Famille. Ce n’est pas des spéculations que Dieu veut, mais de l’amour! Il suffit d’y penser sérieusement: d’abord de voir notre absolue pauvreté en les choses de Dieu et notre absolue incapacité de nous les procurer. De là surgira une ardente prière persévérante pour posséder un jour la Source infinie de tous les biens que Jésus nous a mérités par son sacrifice sur la croix. Demandons à Saint Joseph d’intercéder pour nous tous.