AccueilLe Magnificat
S aint Jean Eudes 1601-1680
Fondateur de la Congrégation de Jésus et de Marie, connue de nos jours sous le nom de Congrégation des Eudistes, saint Jean Eudes consacra sa vie à susciter et à développer la dévotion aux deux Coeurs qu’il embrassait dans le même amour, celui du Fils de Dieu, et celui de sa bienheureuse Mère, si étroitement unis dans le mystère de l’Incarnation. Né à Rye en 1601, dans le diocèse de Séez, Jean Eudes manifesta dès sa plus tendre enfance une piété si pure et une humilité si profonde que pour parfaire sa formation spirituelle, il entra tout jeune encore dans la Congrégation de l’Oratoire. Sous la direction du Père de Bérulle, dont il acquit très vite la plus haute estime, il perfectionna à un tel point son talent de la parole qu’il se vit confier certaines missions importantes avant même qu’il fût dans les Ordres sacrés. Sa prédication enflammée, aussi sûre de doctrine que pratique dans ses exhortations morales, souleva en Normandie un grand enthousiasme; en 1636, ses supérieurs l’établirent chef des missions; en 1640, il devenait Supérieur de la maison de l’Oratoire de Caen. Mais en 1643, il quittait les Oratoriens pour fonder la Congrégation dite des Eudistes, dont le développement connut dès le début une extension considérable. Voués à l’éducation des jeunes clercs dans les séminaires et à la conversion des fidèles dans les missions, les Eudistes établirent leurs maisons dans tous les diocèses de Normandie. us formaient un corps d’ecclésiastiques séculiers, sans voeux monastiques, pratiquant la retraite et suivant avec régularité les exercices d’une haute perfection sacerdotale. De sérieuses difficultés vinrent toutefois contrarier le zèle de Jean Eudes; grâce a la protection de la reine mère il finit par surmonter les obstacles, et le Saint-Siège autorisa l’érection en Ordre religieux de sa communauté de N.-D. de la Charité. Il mourut a Caen en 1680, laissant un grand nombre d’ouvrages dont les principaux sont: Exercices de piété pour vivre chrétiennement et saintement — (1636) La vie et te royaume de Jésus — (1637) La vie du chrétien –– (1641) Le contrat de l’homme avec Dieu par le Baptême —(1654). Les pages que nous présentons sont extraites du Xe chapitre d’un ouvrage qu’il compose a la fin de sa vie, intitulé: Le Cœur admirable de la très sacrée Mère de Dieu, et dans lequel il traite en détails des raisons d’être de la dévotion au Cœur de Marie. Le chapitre en question, dans lequel il commente le Magnificat et chante les merveilles de la « Vierge fidèle », fut achevé quelques semaines avant sa mort. «Aujourd’hui, vingt-cinquième de juillet de l’année 1680, écrit-il, Dieu m’a fait la grâce d’achever mon livre ». Il mourait le 19 août suivant, au séminaire de Caen, dans les sentiments d’une paix profonde et d’une confiance sans bornes en la miséricorde de Jésus et de Marie. Am. Lemoine prêtre
Magnificat