Accueil SommaireLa Prudence
Heureuse, trois fois heureuse l'âme qui souffre! Le temps est court, très court. Après avoir souffert un instant sur la terre, cette âme sera toujours avec le Fils chez le Père céleste...
Droiture de coeur. La droiture, c'est notre salut. Si l'on ne va pas tout droit, il faut dix fois plus de chemin. Le coeur droit est la demeure de Dieu. Le coeur droit et l'esprit humilié, Dieu les gardera. Si un homme a toute espèce de qualités et n'a pas le coeur droit et l'esprit humilié, on ne Me trouvera pas dans sa maison, dit le Seigneur. Si un homme a toute espèce de défauts, mais qu'il ait le coeur droit et l'esprit humilié, certainement on me trouvera dans sa maison... Celui qui n'a pas le coeur droit craint l'homme; il est toujours en souci et en crainte de l'homme. Le coeur droit a la crainte de Seigneur et non pas de l'homme; il regarde Dieu seul. Celui qui craint le Seigneur ne craint pas l'homme, et celui qui craint l'homme ne craint pas le Seigneur. L'homme droit, Dieu l'aime; et quand même il ferait toute sorte d'iniquités, Il lui donnera la lumière pour se convertir. Mais l'homme double, Il ne peut pas le regarder; et quand même il aurait toute apparence desainteté, il ne sera pas agréable à Dieu comme l'homme droit au milieu de ses imperfections. Directeur. Le bon Dieu m'a fait connaître Qu'Il était Le meilleur directeur. Qu'une âme qui s'abandonne à Lui ne saurait périr. Le directeur, c'est un petit ruisseau qui ne désaltère pas. Si j'ai soif, qui peut me donner à boire, si ce n'est Jésus? Direction. Petits agneaux, prenez garde: conservez toujours la simplicité, l'humilité. Je vous le dis, satan est jaloux; il travaille plus fortement que jamais surtout les âmes religieuses. À présent l'orgueil est très subtil; il s'insinue partout, oui, partout, même en religion. Il en tombe beaucoup dans l'illusion, qui se croient ou veulent être quelque chose. Des religieuses se hâtent de demander un directeur, aussitôt qu'elles éprouvent un peu de goût ou quelques consolations dans l'oraison; elles affirment qu'elles ne peuvent pas s'en passer; elles tourmentent la Mère jusqu'à ce qu'elles aient réussi. Le directeur une fois obtenu, n'en fini pas; on ne parle que de soi; on ne pense qu'à ce qu'on doit lui dire. Tout cela n'est que recherche; tout cela n'est pas la simplicité. On aime à s'entendre dire: "Ma fille, votre état est très extraordinaire; vous êtes appelée à de grandes choses; vous avez besoin de quelqu'un qui comprenne votre âme...” Malheur au directeur qui tient pareil langage, parce qu'il fait grandir l'amour-propre. La pauvre religieuse qui l'écoute se perd facilement par là. Nombreux sont ceux qui, sans le savoir et sans le vouloir, contribuent à la perte des âmes, au lieu de leur être un secours, parce qu'ils croient tout ce qu'elles leur disent, sans avoir même la pensée que tout cela n'est qu'illusion, imagination. Un directeur qui à l'air de faire cas des choses extraordinaires, n'est pas conduit par l'esprit de Dieu, mais par celui de satan; il remplit auprès des âmes l'office du démon, parce qu'il les aide à tomber... Petits agneaux, satan se transformera en ange de lumière. Avec un peu d'attention, vous le reconnaîtrez toujours, parce qu'il cherchera, par ses louanges, à vous inspirer de l'orgueil. Humiliez-vous; dites: “Je ne suis que néant, je ne mérite aucune grâce, et il s'en ira.” L'orgueil, indice du mauvais esprit. J'ai senti quelquefois, étant en oraison, comme une grande grâce, un grand amour. Il me semblait être tout inondée et remplie de Dieu et, en même temps, quelque chose qui m'élevait un peu: il me semblait être plus que d'autres. Ces sentiments me firent craindre. Je m'en fus aux pieds de la Sainte Vierge, La suppliant de ne pas permettre que je fusse trompée. Alors tout disparut. Et on me dit que, lorsque la grâce ne porte pas à la confusion, à s'abaisser, à s'humilier, il faut s'en défier; ce n'est pas Dieu, car la véritable grâce porte à l'anéantissement. Et je reconnais que c'est bien vrai; car, lorsque Dieu me visite, je vois tellement mon néant, ma misère, que je ne pourrais la soutenir, s'Il ne me soutenait Lui-même. Préférer la vie ordinaire. On n'a pas besoin d'entendre la parole d'un ange. Il y a les commandements, les règles. Tout est écrit; nous avons le chemin tracé devant nous. Mais il faut marcher et marcher le droit chemin. Si vous allez par côté, ou si vous restez ici parterre, à quoi sert la lumière? Mais, si vous marchez au chemin droit, tracé devant vous, vous aurez la lumière; vous trouverez les pierres, ces obstacles ôtés; Jésus vous gardera. Fuir l'extraordinaire. Ne vous arrêtez pas à l'extraordinaire. Si on vient vous dire: “La Sainte Vierge apparaît ici ou là; il y a tel âme extraordinaire en tel endroit, n'y allez pas.” Si on dit: “Il y a telle et telle révélation, ne vous en occupez pas, ne vous en mettez pas en peine.” Le Seigneur vous dit: Attachez-vous à la foi, à l'Église, à l'Évangile. Si vous allez voir et consulter ici et là l'extraordinaire, votre foi s'affaiblira. Je vous dis cela de la part du Seigneur. Si vous vous attachez à l'Église et à l'Évangile, Il m'a dit: qu'Il sera toujours avec vous et ne vous quittera jamais. Je dois vous dire aussi qu'aujourd'hui, le démon se servira d'âmes qui sont bonnes, qui sont en réputation de perfection et de sainteté. Mais une âme véritablement droite ne sera pas longtemps trompée. Et celles qui, au fond, ne sont pas sincèrement droites, s'enfonceront de plus en plus dans l'illusion. Satan dira de bonnes choses, il fera des prophéties qui ne se réaliseront pas, et cela affaiblira la foi. Et c'est ce qu'il cherche. Mais tout cela finira et se découvrira... Danger des états extraordinaires. J'ai vu à Alexandrie une personne conduite par des voies extraordinaires. On courait de partout pour la consulter et se recommander à ses prières. Son confesseur la regardait comme une sainte. La première fois que je la vis, il me sembla entendre une voix intérieure qui me disait: c'est le démon. Je fis part de mes impressions à son confesseur, qui était aussi le mien; il me traita d'orgueilleuse. “Vous avez raison, mon Père, lui dis-je; mais si vous voulez connaître la voie de cette âme, humiliez-la; faites semblant de la mépriser, et cela à plusieurs reprises, car le diable peut faire supporter extérieurement une humiliation pour mieux tromper dans la suite.” Le prêtre suivit mon conseil. Cette âme parut d'abord bien accepter l'épreuve; mais, à la seconde fois, elle devint triste; elle se plaignit même de n'être pas comprise; le découragement ne tarda pas à venir. Tous ces états extraordinaires cessèrent comme par enchantement. Le relâchement la conduisit bientôt à l'apostasie. Elle abandonna la vie religieuse qu'elle avait embrassée depuis longtemps. Deux mois après, elle se mariait... Fuir le mensonge. Ne cherchez pas le mensonge. La vie du mensonge est très courte; bientôt elle finira. La vie de la vérité est très longue; jamais elle finira. Ne cherchez pas les choses qui finissent. Si vous cherchez le plaisir, c'est votre mensonge que vous cherchez. Ne cherchez pas les chemins couverts de roses, ni les chemins faciles, parce que les épines sont cachées dessous. Le chemin d'épines, le chemin de tristesse, il y a la rose et la joie dessous: marchez-y. Demandez à Jésus la grâce de résister à la nature, à ce vilain corps, à ce vilain chemin de la volonté propre. Dites: “Ô divin Sauveur, ne permettez pas que je cherche les roses, parce que, sous la rose, se trouve l'épine. Ne permettez pas que je cherche les compliments, parce que, si je cherche les louanges, je trouverai l'humiliation cachée dessous; au lieu que, si je cherche l'humiliation, dessous je trouve les compliments de Jésus. Ne permettez pas que je cherche autre chose que Votre Sainte Volonté.”