Sommaire Recueil AccueilLES PETITES CHOSES
Abbé Perreyre: «Pour la plupart des âmes, la vie chrétienne consiste tout entière à faire de très petites choses avec un très grand coeur.»
Notre-Seigneur à sainte Gertrude: Notre-Seigneur à la Mère de la Nativité: «Si vous pouvez peu, désirez beaucoup, et soyez sûre d’avoir beaucoup fait. Le désir est tout devant Moi, et si votre motif est pur, chacune de vos infimes actions sera comme une goutte d’eau qui, tombant dans l’océan, deviendra l’océan même.» Notre-Seigneur à Marie Lataste: «Une mère a deux enfants qu’elle aime de tout son coeur et ses enfants l’aiment. Mes enfants, leur dit-elle, donnez-moi, tout ce dont vous pourrez disposer. Quelque chose que vous m’offriez, je l’agréerai en regardant plutôt l’offrande que les sentiments de votre coeur qui la fera. A ce désir de sa mère, l’un des enfants lui offre tout ce qui se trouve sous sa main: un petit rameau, un fruit, une humble fleur: Ma mère, je vous offre cette petite chose, ce n’est rien, acceptez-la quand même comme une marque de mon amour pour vous. L’autre enfant ne veut offrir à sa mère que des présents considérables, mais n’en ayant que rarement, il ne donne que rarement aussi des preuves de son amour pour sa mère. Vous pensez bien, ma fille, que cette mère aura plus de tendresse, plus de complaisance pour celui de ses enfants qui agit selon ses désirs et lui donne sans cesse de petits témoignages de son affection. Eh bien! Sachez que Dieu agit comme une mère.» Notre-Seigneur à la vénérable Bénigna: «La Foi fait connaître la valeur des petites choses: elles Me contiennent parce que ce sont autant de petits actes d’Amour. Une action plus grande, plus apparente, mais faite pour une fin humaine, ne Me contient pas. La Foi apprend que le plus petit acte d’obéissance vaut mieux que le gouvernement du monde entier.» Notre-Seigneur à sainte Gertrude: «Oh!, de quelle abondante bénédiction Je comblerais l’âme chargée du fruit de toutes les petites choses qu’elle se serait efforcée d’accomplir et surpassant le nombre de ses péchés. “Hélas, Seigneur, comment cela pourrait-il se faire? Le coeur de l’homme est si étrangement porté au mal!” «Il est vrai, l’homme est toujours de lui-même enclin au mal, et ne se porte au bien que par ma Grâce, mais elle ne manque jamais. Pourquoi ce que Je demande vous parait si difficile, vu que tout Me plait, ne serait-ce que de lever seulement un fétu de terre?» Notre-Seigneur à une âme intérieure, T.M.: «Ma fille, on Me chasse de partout, veux-tu Me loger dans ton coeur?» “Ô mon Seigneur, y pensez-Vous! Dans mon coeur, Vous serez comme le plus grand Prince de la terre dans la masure la plus misérable.” «Je choisis ton coeur pour être le lieu de mon refuge.» “Mon Dieu, je sais que Vous êtes présent sur l’autel, je Vous y adore du plus profond de mon néant.” «Je suis aussi dans ton coeur.» “O mon Jésus, ce coeur est rempli d’orgueil, de jalousie; il est égoïste, je me recherche en tout.” «Entoure-le d’une haie d’épines...» “Et cette haie d’épines, Notre-Seigneur me le fit divinement comprendre, ce sont les légers sacrifices, les plus petits riens de tous les instants.” Notre-Seigneur à la vénérable Bénigna. «Ma bien-aimée, donne-Moi des âmes On ne les sauve pas en ne faisant rien; Je ne te demande pas de grandes choses, non, ma fille, mais une parole réprimée, un regard détourné, un mouvement retranché... Unis ces petites choses à mes Mérites, et elles acquerront une grande valeur. Si tu savais comme ces petites choses, ces petits sacrifices Me plaisent!» Notre-Seigneur à la vénérable Marie du Divin-Coeur: «Ma fille, la souffrance te réduit à l’inactivité, à l’impuissance... Apprends que mon Église est comme un grand jardin; on y voit de beaux palmiers, des chênes magnifiques, des arbres de toute essence. Je viens chaque jour y prendre mon Plaisir... Et, dans un coin caché de ce jardin se trouve une petite fleur que Je ne montre à personne; Je viens près d’elle et Me délecte à son parfum... Lorsqu’elle était en bouton, elle était exposée aux regards étrangers; mais la voilà épanouie, Je veux jouir seul de sa vue, de son parfum... Tu es cette petite fleur... Plus d’ennui maintenant que tu sais pour Qui tu fleuris dans l’ombre; plus aucun désir d’oeuvres extérieures; tu n’auras plus d’éclat et de parfum que pour Moi. Je me réserve exclusivement ma petite fleur jusqu’au jour où Je la transplanterai dans le jardin du Ciel.» Notre-Seigneur à sainte Gertrude: «J’aurai pour agréable le moindre pas que vous ferez pour mon Amour; il en sera de même si vous dites un seul mot, si vous faites un seul geste d’amitié à quelqu’un; Je ne laisse pas perdre le moindre mouvement de votre petit doigt.» Notre-Seigneur à sainte Marguerite de Cortone: «Tu es la petite plante que J’ai plantée dans le jardin desséché du monde. Tu Me dis dans ta douleur que ton coeur s’est refroidi; c’est une illusion basée sur l’infirmité de ton corps qui t’interdit les jeûnes, prières et oeuvres que tu pratiquais autrefois. Tu ne peux plus faire que peu de choses, mais Moi, qui sais tout, Je n’ignore pas que si tu pouvais davantage, tu le ferais volontiers. Ne doute pas de mes Promesses; ton corps impuissant vit en Moi, et toujours dans sa première ferveur; Je te le dis en vérité!» La très sainte Vierge Marie à sainte Brigitte: «Mon Fils, qui est le Pain des Anges, désire être rassasié de l’amour des hommes. L’âme qui L’aime peut Le rassasier d’une seule miette, L’abreuver d’une gouttelette. Il ne considère pas la puissance de l’oeuvre, mais la volonté, l’intention. Les petites prévenances sont la marque d’un grand amour.» Comtesse de Saint-Martial: «Qu’y a-t-il de plus beau que de donner tout sans rien réserver? Pas une minute, pas une seconde qui ne soit une offrande à Dieu; dès lors, qu’importe qu’il les remplisse de petits détails, infimes aux yeux des hommes, mais précieux devant Celui qui s’occupe des brins d’herbe en même temps que des étoiles?» Louise de Lamoignon: «Ne cherchez pas ces choses éclatantes dont vous êtes dispensée par l’obscurité de votre état. Ne vous amusez pas à vouloir payer des dettes qui vous sont étrangères; mais payez ces dettes de chaque jour qui sont renfermées dans l’acceptation fidèle des plus petites choses; relever une épingle, ranger un tiroir, trouver le fil à cette bobine, relever cet éclat de verre, dégager sans impatience son vêtement retenu à la porte, et tant d’autres riens qui forment le tissu de la vie. Oui, la fidélité à ces petites choses honore Dieu... Je donne peu, mais je donne souvent, cela doit me consoler dans mon impuissance.» Saint François de Sales: «Pratiquons les petites vertus propres à notre petitesse. A petit mercier, petit panier. Appliquons notre esprit au petit bien que nous pouvons faire à l’instant... Supportons nos imperfections et travaillons toujours à nous relever; recommençons tous les jours, sans chagrin ni aigreur.» Dona Luisa de Carjaval: «Dieu tire sa Gloire de la fidélité aux petites choses. Les occasions des grands sacrifices sont rares; quelquefois, un effort, un moment les termine; la vanité peut les corrompre. Il y a au début dans les actions héroïques, dans les grands sacrifices, un certain charme dû à la puissance de l’effort, et qui s’évanouit bientôt. Mais dans ces sacrifices journaliers et sans appareil qui exigent des efforts renaissants et qui n’ont que Dieu pour témoin, on peut dire que tout est pour Lui et pour sa Gloire.» R. P. de Caussade: «La Foi fait vivre de joie, de confiance, d’assurance. Elle est d’une plénitude sans bornes; le rien est tout par elle, sans elle les plus grands actes ne sont rien. Le meilleur est ce que Dieu veut au moment présent, le reste n’est rien du tout.» R. P. Médaille: «Si un roi me demande une petite fleur que j’ai entre les mains, ce serait une faute de la lui refuser, en disant que je voudrais lui donner un grand arbre... Dieu n’ayant besoin de quoi que ce soit, les choses les plus petites sont celles qu’Il aime, parce qu’Il ne veut que le coeur. C’est bon aux hommes de vouloir de grandes choses, parce qu’ils en ont besoin; mais quant à Dieu, la moindre pensée vers Lui, l’action la plus chétive, Lui ravissent le coeur quand on les fait par Amour.» Abbé Crozier: «Un frère coadjuteur, qui pendant de longues années avait rempli l’office de tailleur, se mourait dans une paix qui ne laissait pas d’inquiéter un peu les religieux. Interrogé à ce sujet, il montra son aiguille: “Voilà, dit-il, la cause de ce qui vous étonne. Je ne l’ai jamais tirée que pour l’Amour du bon Dieu; autant de points, autant d’acte d’Amour. Voilà pourquoi je suis si heureux de mourir.”» Saint François de Sales: «Nous n’avons pas les bras assez longs pour atteindre les cèdres du Liban; mais nous pouvons cueillir l’hysope au fond de la vallée, et toutes les basses fleurettes au pied de la Croix.» Mère de la Nativité: «Ce n’est point la grandeur de l’action, mais l’Amour qui fait une chose grande et précieuse devant Dieu. Tout est grand quand on L’aime, et Il m’a fait connaître que les plus petites choses sont d’un prix infini quand l’intention est pure.»