Sommaire Recueil AccueilNotre-Seigneur à sainte Thérèse: «Ma fille, ne pensez jamais qu’à faire ma Volonté, en acceptant chaque jour ce qui vous arrive; et Moi, J’aurai soin de tout ce qui vous regarde, soit pour le corps, soit pour l’âme.»
Notre-Seigneur à sainte Brigitte: «Préférez ma Volonté à la vôtre, et votre coeur sera dans mon Coeur et enflammé de mon Amour. Quelle est ma Volonté, si ce n’est que vous M’aimiez par-dessus toutes choses et ne désiriez autre chose que Moi... Ayez pour glaive en votre main: la Foi; pour cuirasse, sur votre poitrine: l’Amour; au côté, le bouclier de la Patience afin de supporter patiemment ce qui vous arrive de ma Main. Faites cela, et vous aurez à foison tout ce que vous voudrez.» Notre-Seigneur à sainte Brigitte: «Celui qui veut brûler de mon Amour doit mépriser sa propre volonté. Il lui résiste de toutes ses forces en considérant mon Amour et ma Passion. Cette voie lui est d’abord un peu rude, mais elle devient facile et douce. Celui-là donc, qui abandonne sa volonté et M’obéit, à Moi son Dieu, celui-là aura le Ciel sans aucun châtiment.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Je suis le Maître souverain de l’univers; Je gouverne tout avec une Sagesse, une Charité, un Ordre infinis. Tout ce qui vous arrive est bon; Je choisis toujours le meilleur pour vous... Pensez avec reconnaissance, au milieu des adversités, que Je dispose de tout et que tout découle de la source élevée de mon Amour. Je pourvois à tout mieux que vous ne pourriez le vouloir.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Vous tombez dans le mépris du prochain lorsque vous ne voyez que sa mauvaise volonté envers vous, et non pas ma Volonté à Moi, dans ses actes. Ce mépris sépare l’âme de Moi et empêche sa perfection. Au milieu des injures et préjudices que vous recevez, jugez que ma Volonté les permet, et que celui qui les fait est un instrument choisi par Moi. Il ne faut jamais considérer la volonté de l’homme et sa méchanceté, mais voir en toute chose ma Volonté à Moi, attentive à votre Bien.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Vous êtes ma vigne, et afin que le fruit en augmente tous les jours, Je vous émonde par les tribulations, dans la mesure qu’il convient à chacun.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Toute chose vient de Moi; tout ce que Je permets arrive pour la sanctification de mes serviteurs. Il y a là une évidence que rien ne peut contredire, et cependant quelques uns s’effraient, ne remarquant pas que toujours J’ai pourvu au monde en général, et à chacun en particulier, selon son état... Une feuille d’arbre ne tombe pas sans ma Permission il n’y a pas un atome en terre que Je ne voie.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «La Foi doit vous convaincre que les tribulations, les difficultés, les maladies et toutes les choses contraires, sont toujours envoyées par ma Providence pour votre bien. La Foi doit vous apprendre que Je sais, que Je veux, que Je puis accomplir votre Bonheur mieux que vous-même.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Comment mes créatures peuvent-elles croire que Moi, l’éternelle et souveraine Bonté, Je puisse vouloir autre chose que leur Bien dans tout ce que Je permets, tous les jours, pour leur salut?» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne. «Chaque jour, Je permets que ma créature soit tourmentée de la manière qui convient le mieux à son avantage, à son salut. Si elle se fie à ma Providence, elle éprouve mon Secours dans tous ses combats.» Notre-Seigneur à sainte Brigitte: «Les vermisseaux, les insectes ne nuisent pas, si ce n’est par ma Permission. Ils nuisent aux bons pour les purifier et les avancer au comble des vertus.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Ma fille bien-aimée, ce que Je vous ai dit de ma Providence envers mes créatures est, en comparaison de la réalité, ce qu’est la vapeur d’une goutte d’eau comparée à l’immensité de tous les océans!» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Si l’âme était sans présomption, elle verrait à la lumière de la raison que Moi, la Vérité même, Je distribue à chacun: l’état, le temps, le lieu, la contradiction, l’adversité, selon que le réclament son salut et la perfection à laquelle Je l’appelle. Elle verrait que toute chose vient de mon Amour, et qu’elle doit tout recevoir avec soumission.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «Tout ce que Je permets est pour que vous parveniez à la fin pour laquelle Je vous ai créés. Je règle ce qui convient à chaque chose et à chaque instant.» Notre-Seigneur à sainte Brigitte: «Quiconque est sur la mer ne doit rien craindre si, avec lui, est un Être puissant qui peut arrêter les vents, amollir les rochers, calmer les orages et commander à tout ce qui peut nuire. Or, celui qui a la volonté de ne vivre que pour servir Dieu, celui-là plaît à Dieu qui se complaît avec délices et contentement, en une telle volonté. «Il peut demeurer en repos, car toute heure, Dieu est avec lui et détourne tous les dangers qui le menacent.» Notre-Seigneur à sainte Gertrude: «Étudiez-vous à avoir la bonne volonté; par là, vous acquerrez sans faute ce que les vertus peuvent avoir de plus éclatant et de plus considérable; et l’on gagne davantage avec la seule bonne volonté que par tout ce que l’on peut mériter par l’action.» Sainte Gertrude à Notre-Seigneur: “En ce jour des Rameaux, je désire avec ardeur Vous loger chez moi, a l’exemple de Marie et de Marthe; mais je n’ai rien d’assez décent à présenter à votre divine Magnificence.” Notre-Seigneur à Marie Lataste: «L’homme pèche chaque jour et chaque jour, ma Providence lui ménage quelque douleur pour qu’il l’offre en expiation, et pour lui faire gagner le Ciel. Chaque jour, il peut expier, chaque jour, il peut mériter. La moindre peine est si richement payée, que c’est une faveur d’être misérable. Toutes les peines, toutes les tribulations pour acquérir le Ciel, sont moins qu’une obole avec laquelle on posséderait l’empire du monde entier.» Notre-Seigneur à sainte Gertrude. «Toutes les fois qu’une âme désire être délivrée de la prison mortelle de son corps, et qu’elle accepte cependant d’y demeurer autant qu’il Me plaira, Je rends sa vie merveilleusement parfaite aux Yeux de mon Père, en y ajoutant les Mérites adorables de la Mienne.» Notre-Seigneur à sainte Brigitte: «Quand vous faites une prière, finissez-la toujours ainsi: Que votre volonté soit faite et non la mienne, parce que vous désirez quelquefois ce qui vous est contraire, et Moi, Je sais tout, et Je pourvois à tout ce qui vous est utile.» Notre-Seigneur à sainte Catherine de Sienne: «J’éprouve mes serviteurs par les tribulations, afin qu’ils portent des fruits délicieux et abondants devant Moi. Oh! Combien ces fruits sont agréables et doux! Quel avantage en retire l’âme qui souffre sans M’offenser! Si on le savait, si on le comprenait, avec quelle joie et quelle ardeur on demanderait des épreuves à souffrir! C’est pour lui procurer ce trésor si peu connu, que ma Providence paternelle afflige l’âme par tant de tribulations qui empêchent sa patience de se rouiller et de rester oisive.» Notre-Seigneur à sainte Mechtilde: «Que chacun s’unisse à Moi dans tous ses désirs, ses actions, en telle sorte que, s’il veut manger ou dormir, il dise en son coeur: “Seigneur! En union de cet Amour qui Vous a fait créer pour moi cette commodité, je la prends pour votre éternelle Louange et pour le besoin de mon corps.” «Semblablement, quand il fait un travail quelconque: “Seigneur! En union de cet Amour qui Vous a fait travailler de vos Mains, et Vous fait encore opérer sans relâche dans mon âme, je m’acquitte de mon travail à votre Gloire éternelle et pour l’intérêt de tout l’univers. Je Vous prie de l’unir et de le parfaire en votre très parfaite Opération, pour lui donner une valeur infinie, comme une goutte d’eau tombée dans un grand fleuve fait tout ce que le fleuve fait lui-même.” «Ainsi qu’un alliage précieux, après sa fusion au feu ne se sépare plus, ainsi cet homme devient un même esprit avec Moi, ce qui est de la plus grande perfection et de la plus haute vertu en cette vie.»
LA PROVIDENCE,VOLONTÉ DE DIEU