Sommaire Retour à l'accueilLe premier jour qui correspond au dimanche, les Anges furent créés et il leur fut donné une loi et des préceptes auxquels ils devaient obéir.
Chapitre 10 Où l'on donne fin à l'explication du chapitre douze de l'Apocalypse.
Suite...1, 10, 120. «Mais, malheur à vous, terre et mer, parce que le diable qui a une grande colère est descendu vers vous, sachant qu'il n'y a que peu de temps.» Malheur à la terre où se commettront des péchés et des méchancetés innombrables! Malheur à la mer de ce que de telles offenses du Créateur arrivant à sa vue, elle ne déchaîna pas son cours et elle ne submergea pas les transgresseurs, en vengeant les injures de son Auteur et son Seigneur! Mais malheur à la mer profonde et endurcie en méchanceté de ceux qui suivirent ce diable, qui est descendu vers vous pour vous faire la guerre avec une colère si grande, si inouïe et si cruelle qu'elle n'a pas de semblable! C'est la colère d'un dragon très féroce et plus que d'un lion dévorant (1 Pet. 5:8), car il prétend tout détruire et il lui semble que tous les jours de ce siècle sont peu de temps pour exercer son courroux. La soif et le désir qu'il a de damner les mortels sont si grands, que tout le temps de leur vie ne le satisfait point, parce qu'elles doivent avoir une fin, et sa fureur désirerait des temps éternels, s'ils étaient possibles, pour faire la guerre aux enfants de Dieu. Mais sa colère est tournée surtout contre cette Femme bienheureuse qui doit lui écraser la tête (Gen. 3:15). Et pour cela l'Évangéliste dit: 1, 10, 121. «Et après que le dragon eut vu qu'il était précipité en terre, il persécuta la femme qui avait enfanté un fils.» Lorsque l'ancien serpent vit le lieu et l'état très malheureux où il était tombé après avoir été précipité du ciel empirée, il se consuma davantage dans sa fureur et son envie, se rongeant les entrailles comme une vipère. Et il conçut une telle indignation contre la Femme Mère du Verbe Incarné qu'aucune langue ne peut l'expliquer, ni aucune intelligence humaine le concevoir. On peut cependant en imaginer quelque chose de ce qui arriva immédiatement après, lorsque ce dragon se trouva renversé jusqu'aux enfers avec ses escadrons de méchanceté, et je le dirai ici selon mon possible, comme il m'a été manifesté par intelligence. 1, 10, 122. Toute la première semaine rapportée par la Genèse, que Dieu passa dans la création du monde et de Ses créatures, Lucifer et les démons s'occupèrent à machiner et à conférer des méchancetés contre le Verbe qui devait Se faire homme et contre la Femme dont Il devait naître. Le premier jour qui correspond au dimanche, les Anges furent créés et il leur fut donné une loi et des préceptes auxquels ils devaient obéir; les méchants désobéirent et ils transgressèrent les Commandements du Seigneur et toutes les choses qui ont déjà été dites arrivèrent par une providence et une disposition divines, jusqu'au second jour au matin correspondant au lundi, jour où Lucifer et son armée furent précipités et lancés dans l'enfer. A cette durée de temps correspondirent les demeures des Anges: leur création, leurs opérations, leur combat et leur chute ou leur glorification. Dès le moment où Lucifer avec sa troupe étrenna l'enfer, étant réunis ensemble, ils y firent un conciliabule qui leur dura jusqu'au jour correspondant au jeudi matin. Pendant ce temps Lucifer employa toute sa sagesse et sa malice diabolique à conférer avec les démons et à faire des projets comment ils offenseraient Dieu davantage et ils se vengeraient du châtiment qu'Il leur avait donné. Et la conclusion qu'ils résolurent en somme fut que la plus grande vengeance et le plus grand dommage contre Dieu qui aimerait tant les hommes selon ce qu'ils connaissaient, serait d'empêcher les effets de cet amour, en trompant, en persuadant et en forçant même les hommes autant qu'il serait possible à Lui être ingrats et à se révolter contre Sa Volonté pour leur faire perdre Sa grâce et Son amitié. 1, 10, 123. «A cela,» disait Lucifer, «nous devons nous fatiguer en employant toutes nos forces, toutes nos sollicitudes et toute notre science; nous réduirons les créatures humaines à notre jugement et à notre volonté pour les ruiner; nous poursuivrons cette génération d'hommes et nous la priverons de la récompense qui lui a été promise. Avec toute notre vigilance, procurons qu'ils n'arrivent point à voir la face de Dieu, puisque cela nous a été refusé à nous avec injustice. Je dois remporter sur eux de grands triomphes, je détruirai et je soumettrai tout à ma volonté. Je sèmerai de nouvelles sectes, des erreurs et des lois contraires en tout à celles du Très-Haut. J'élèverai parmi ces hommes des prophètes et de petits chefs qui propageront les doctrines que je sèmerai parmi eux (Act. 20:29) et ensuite, en vengeance de leur Créateur, je les colloquerai avec moi dans ce profond tourment. J'affligerai les pauvres, j'opprimerai les affligés, je poursuivrai les humbles; je sèmerai des discordes, je causerai des guerres, j'exciterai nation contre nation, j'engendrerai des orgueilleux et des arrogants; j'étendrai la loi du péché et quand ils m'auront obéi, je les ensevelirai dans ce feu éternel, et ceux qui se seront le plus attachés à moi, dans les lieux de plus grands tourments. Tel sera mon royaume et la récompense que je donnerai à mes serviteurs . 1, 10, 124. «Je ferai une guerre sanglante au Verbe Incarné quoiqu'Il soit Dieu, puisqu'Il sera aussi homme d'une nature inférieure à la mienne. J'élèverai mon trône et ma dignité au-dessus de la Sienne, je Le vaincrai et Le renverserai par ma puissance et mon astuce: et la Femme qui doit être Sa Mère périra par mes mains. Qu'est-ce pour ma puissance et ma grandeur qu'une seule Femme? Et vous autres, démons, qui êtes avec moi injustement opprimés, suivez-moi et obéissez-moi dans cette vengeance, comme vous l'avez fait dans la désobéissance. Feignez d'aimer les hommes pour les perdre, servez-les pour les détruire et les tromper, vous les assisterez pour les pervertir et les entraîner dans mes enfers.» Il n'y a pas de langue humaine qui puisse expliquer la malice et la fureur de ce premier conciliabule que Lucifer fit dans l'enfer contre le genre humain qui n'existait pas même, mais parce qu'il devait exister. Là furent frappés et monnayés tous les vices et les péchés du monde, de là sortirent le mensonge, les sectes et les erreurs; et toute iniquité eut son origine de ce chaos ou cette congrégation abominable: et tous ceux qui opèrent l'iniquité servent le prince des enfers . 1, 10, 125. Ce conciliabule achevé, Lucifer voulut parler à Dieu et Sa Majesté le lui permit pour Ses fins très sublimes. Et ce fut de la manière que Satan parla lorsqu'il demanda la faculté de tenter Job; le jour qui correspond au jeudi étant arrivé, il dit en parlant au Très-Haut: «Seigneur, puisque Ta main a été si lourde pour moi, en me châtiant avec tant de cruauté, et que Tu as déterminé tout ce que Tu as voulu pour les hommes que Tu as la Volonté de créer, et que Tu veux tant exalter et élever le Verbe Incarné, et qu'avec Lui tu dois enrichir la Femme qui sera Sa Mère avec les Dons que Tu lui as préparés: aie de l'équité et de la justice; et puisque Tu m'as donné la permission de persécuter les autres hommes, donne-la moi aussi, afin que je puisse tenter ce Christ Dieu-Homme et la Femme qui doit être Sa Mère et que je puisse lui faire la guerre: donne-moi permission de déployer en cela toutes mes forces.» Lucifer dit alors d'autres choses et il s'humilia à demander cette licence, bien que l'humiliation fût violente à son orgueil, mais sa colère et ses anxiétés pour obtenir ce qu'il désirait étaient si grandes qu'il leur sacrifia sa propre superbe, une iniquité cédant à une autre; parce qu'il connaissait que sans la permission du Seigneur Tout-Puissant il ne pouvait rien entreprendre. Et il se serait humilié une infinité de fois pour tenter Notre Seigneur Jésus-Christ et Sa Très Sainte Mère en particulier, car il craignait Celle qui devait lui écraser la tête.